Week-end festif et gourmand sur Paname

Gros week-end parisien bien rempli. Il ne manquait qu’un brunch pour que le programme soit complet.
Début des festivités : vendredi soir. Anniversaire de Laura. Le rendez-vous est donné à 19h30 au restaurant la Part des anges à Abbesses. Accueil convivial. Notre hôte a réservé la petite salle du fond avec un buffet dînatoire. Nous sommes une quinzaine, dont la majorité sont… des femmes.

Au menu : carottes, charcuterie, salade de lentilles, tomates cerises, radis. Au fur et à mesure les plats défilent avec des bricks de reblochon, tomates et mozza, des mini-brochettes de canard, de filets de rougets et de boeuf aux carottes. L’estomac comme à être déjà bien rempli quand une première vague de desserts arrivent : des muffins VEGA (pour les néophytes : sans lait, sans oeufs, et sans beurre).

En tant que chocophile confirmée, j’ai dû goûter et plutôt déçue. Je préfère mes muffins beurrés avec des oeufs.

Heureusement, de nouveaux desserts font leur apparition sous mes yeux gourmands : un gratin de fraises et framboises, un clafoutis à la poire, un gâteau au chocolat et des clémentines.

Il est plus d’un heure quand on fini ce festin pour la modique somme de 22 euros. Le tout accompagné d’un verre de vin doux à 5 euros.
Bon, Laura suggère d’aller danser. L’idée me séduit et plusieurs invitées sont bien décidées à éliminer ce repas. Y’a plus qu’à se décider. Philippe suggère l’Arc. Juste à côté de chez moi, parfait ! Il faut dire qu’il connaît bien les lieux : son fils est DJ dans cet établissement. Pas de chance, il n’officie pas ce soir, mais assure que l’on pourra rentrer. Bingo !

Je négocie un petit arrêt chez moi pour enfiler une nouvelle robe que je n’ai pas encore eu le temps d’étrenner. Avec trois voitures, nous nous divisons. La chance est décidément avec nous, on trouve une mini place à proximité de la boîte. Reste plus qu’à attendre le reste de la joyeuse bande.

Pendant plus d’une demi-heure, on attend devant l’Arc que tout le monde soit là. Il est près de 2 heures du mat’, la file devant la boîte est assez impressionnante avec des filles plus lookées les unes que les autres. Mini (pour pas dire micro) jupe, escarpins louboutins vertigineux, petite pochette et brushing impeccable. A la porte, la sélection est implacable. Peu d’élus, à part ceux qui connaissent les lieux. Vexées, des anglaises tournent les talons. D’autres tentent de comprendre pourquoi elles n’ont pas accès au temple de la fête. Elles se consolent en invoquant la fashion week. D’autres restent plantées devant et finissent pas se décaler sur le côté face à l’instance du physio.

ça y’est, tout le monde est là ! Grâce aux connaissances de Philippe, nous rentrons. Petit détour par les vestiaires. Summum de la classe, on nous attribue une table. On déchante vite devant la carte des bouteilles (minimum 250 euros). Gloups ! Philippe gère la situation, on peut garder la table sans consommer. Je m’offre tout de même un verre à 15 euros (pas plus cher qu’une autre boîte). Le lieu est agréable, surtout en été. La véranda est totalement ouverte, à ciel ouvert. L’avantage, malgré le monde, c’est que la piste reste fraîche. On ne se sent pas oppressé.

Autour, des petites jeunes, court vêtues, côtoient des messieurs qui ont 20 ans de plus qu’elles. Mais aussi des jeunes au look chic et branché.

Soirée agréable qui se finit dehors dans le froid. Il est près de 5h quand le groupe se sépare. Je vais rentrer à pieds, mais j’ai tout prévu. Je sors mes petites ballerines et hop, voilà je suis en mesure de marcher sans maudire mes talents hauts.

Plus de 5h quand je ferme les yeux et nous ne sommes que samedi matin ! Suite des aventures demain…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *