Week-end plein de suprises à Sydney

Janvier 2012

Le week-end a plutôt mal commencé, mais s’est bien fini. Samedi matin, j’ouvre les volets : il pleut ! Je travaille à midi. J’ai appelé le boss la veille (il a été très aimable et ça m’a surpris) et il m’a dit à demain, midi ! OK. Je me prépare tranquillement et il commence à pleuvoir fort. On oublie le gilet, je mets la vaste imperméable avec mon sac à main dessous. J’avale un bon petit-dej’ et un sandwich fromage/roquette avant de partir. Pour ma pause, je prévois un peu de formage blanc avec une compote maison et des amandes. Je sors de l’appart, il tombe des cordes. En quelques minutes, j’ai le jean (celui qui déteint) et les baskets trempées. Je sens que je vais me faire engueuler par le boss, disant que je peux pas me présenter aux clients comme ça.

Je cours et j’arrive au Cosmopolitan Café. La manager me dit à peine bonjour. C’est limite si le patron m’ignore. Je pose mes affaires et je vais au comptoir. Cathy, la manager, me demande ce que je fais là car je ne dois pas bosser aujourd’hui. Je lui explique que j’ai appelé hier, j’ai eu Spyros (le patron) au téléphone et il m’a dit de venir aujourd’hui à midi. Il est midi, je suis là. Elle vérifie sur le carnet et à midi samedi, c’est Aurianne, qui doit travailler. Le boss a mélangé les 2 prénoms, en plus nous sommes françaises toutes les deux.
Il daigne même pas venir s’excuser pour son erreur. Par contre, sa femme est confuse. Je propose de tout de même commencer à bosser avant qu’Aurianne arrive. Je n’ai pas encore mis mon tablier que la voilà. On lui explique l’affaire et je la rassure en lui disant que comme c’est elle qui est notée, c’est elle qui bosse. De plus, je n’habite pas loin. La femme de Spyros  me propose de prendre un café, avant que je ne reparte chez moi. J’accepte, puis je vais rechercher mes affaires. Je remets ma parka et juste avant de partir, la dame me tend une tranche de cake pour s’excuser encore. Gentille attention, heureusement qu’elle est là pour rattraper le coup.
J’en profite pour retourner chez les Chinoises m’acheter un short et un tee-shirt noir. Petit crochet par Coles avant de rentrer à la maison. Je commence à avoir un petit creux, la tranche de cake tombe à pic. Je déballe le paquet et c’est du tiramisu !

 

 

A première vue, il semble appétissant. Il est plutôt bon, mais rien à voir avec la consistance du vrai tiramisu italien avec du mascarpone. Il s’agit surtout de crème avec beaucoup de biscuits pour que le tout tienne bien au corps.
Je surfe sur le net sur différents sites mettant en relation les gens pour voir si des sorties s’organisent. Je me souvients qu’Aurélie m’avait dit que des colunching se faisait sur Sydney. Hop, je m’inscris ! Et sur un document envoyé par l’Alliance française, je me souviens du site meetup. Je m’inscris aussi dans la foulée. Pour ce soir, rien de prévu, mais dimanche un pique-nique est organisé au Centennial Park, pas loin de chez moi. Parfait, je me joins au groupe.

Le temps s’est un peu arrangé et je vais en profiter pour me balader. Après avoir fait la première partie vendredi de la balade de Coogee à Tamarama.

 

 

avec la crique de Gordons Bay,

 

 

et le cimetière de Clovelly,

 

 

Je pars maintenant en direction de Bondi pour faire quelques photos. En longeant le parc de Waverley, des jeunes sont dehors. L’un d’eux urine sur le trottoir, à côté des voitures. Ses potes s’excusent et me proposent une canette. J’accepte ! On discute. L’un deux, de ce que j’ai compris, va se marier, donc ils font la fête. Je vais la connaissance d’Andrew, plutôt mignon. Je bois… et c’est du rhum/coca, meilleur que la bière. On trinque, le pote d’Andrew n’est pas très causant. Je les laisse. Je me sens comme un peu pompette sur le chemin. J’arrive à Bondi Beach et je longe la barrière au dessus de la plage. Je vois un bâtiment avec écrit l’Iceberg, je crois que c’est là qu’a travaillé une certaine Sophie B.

 

 

Dessous, la fameuse piscine de Bondi (à l’eau de mer en principe).

 

Je prends le chemin piétonnier du bord de mer en sens inverse. La balade est agréable et me permet d’évacuer l’alcool.

 

 

C’est fou le nombre de sportifs qui courent sur le chemin. Et certains donnent vraiment envie de chausser les baskets (désolé, je n’ai pas de photo) ! C’est fou à quel point les Australiens sont accro au sport. J’arrive à mon point d’arrivée de la veille : Tamarama.

Back to home. En passant devant le pâté de maisons ou j’avais rencontré les jeunes, il y a de l’ambiance. J’entends crier Andrew ! Soirée cool devant la télé à regarder Fear Factor. Les deux jeunes qui ont perdu leur challenge doit avaler un milk-shake à base d’asticots et cafards broyés vivants. Immonde ! Je me rends compte que Véro et Marc m’ont envoyé un texto pour sortir sur Sydney. Trop tard, il est plus de 22h.

Aujourd’hui, dimanche, je me lève vers 9h pour prendre mon petit-déjeuner avant de rejoindre le groupe au Centennial Parc. On a rdv à partir de 11h30 et je sais que les gens mangent tôt. Le temps de consulter mes mails et répondre, je suis à la bourre ! En plus, je dois acheter une bouteille. Je passe par le magasin dans lequel j’ai déjà acheté une bouteille de vin. Le vendeur se souvient de moi. Je lui avais demandé où poster pour trouver un job la dernière fois. Cette fois-ci, il me dit qu’il est content de me revoir et me demande si j’ai trouvé un job. Il me pose des questions et on papote 5 minutes.
 Ça me fait bien sourire car les Australiens me félicitent pour mon anglais, alors que je suis loin d’être « fluent ». Au moins, ils t’encouragent. J’achète un blanc pétillant à près de 10 dollars. Ça s’ouvre comme du champ’, pas besoin de tire-bouchon (c’est surtout que j’ai oublié d’en prendre un et je ne suis pas sûre d’en trouver sur place). Je suis limite en train de courir pour ne pas être à la bourre. En plus, les feux rouges australiens ne me facilitent pas la tâche. Ils sont très longs et quand c’est vert pour toi, ça reste 3 secondes, ça clignote pour te faire comprendre qu’il faut que tu te magnes les fesses. Je ne sais pas comment font les vieux pour traverser.

J’arrive à la porte (d’entrée du parc), que je pense être la bonne. Pas de bol, il s’agit de l’autre porte… et le parc est immense. Je marche sous un bon soleil (mais avec mon chapeau). J’arrive finalement et le pique-nique organisé en faveur d’une fille, dont c’est l’anniversaire n’est pas encore arrivée. Ça va, je suis pas la dernière. En arrivant, je fais la connaissance d’Eric, asiatique baraqué, Barb (maman solo qui ne bosse pas et reprend des études sur les nouvelles technologies), Danielle (jeune femme blonde qui se porte bien) et une dame d’un certain âge plutôt sympathique mais dont je ne me souviens pas du prénom. Une quarantaine de participants sont prévus.
Eric et Barb parlent des endroits où ils ont vécu et de leur boulot. Dans l’ensemble, je suis la conversation. Puis, je poursuis avec Barb sur la France, les fromages et le vin. Meetup fonctionne par groupe et elle appartient (comme moi) au groupe wine, travel… et je sais plus quoi !
Le vin blanc de Barb commence à me monter à la tête. Il est 13h20 et le pique-nique n’a toujours pas commencé. Finalement, il arrive ! Tout est vite installé et plutôt bon : viande froide, salade de pâtes, salade vertes, salade de quinoa, pain… Chacun devait apporter de l’alcool et 4 dollars de participation. C’est honnête. J’ouvre ma bouteille de pétillant, qui visiblement est appréciée et Eric veut aussi y goûter. Il parle quelques mots de Français. Après le déjeuner, Eric propose de jouer au freezbee. Barb, Danielle et d’autres gars sont partants. Visiblement, Eric a une forte tendance à se rapprocher de moi, me prenant par la taille, petit bisous sur l’épaule. J’ai cru comprendre qu’il me trouvait sexy. Toi mon gars, je sens que tu as besoin de compagnie :-) Pendant la partie de freezbee, je le taquine en lui lançant des « run », « let’s go » pour attraper le freezbee. Il me répond avec un, je vous laisse imaginer l’accent, « tu me casses les couilles ». MDR !
On vient nous chercher pour nous rassembler. Rebecca, dont c’est l’anniversaire, et un autre gars, Roberto, vont souffler les bougies de leur gâteau : un à la banane, l’autre au chocolat.

 

J’ai évidemment testé les deux (gâteaux), cela va de soi. J’en profite pour discuter avec de nouvelles personnes. Je fais la connaissance de Sid, un Indien qui bosse à la Westpac et sa petite amie. Ils sont avec d’autres personnes, dont deux brésiliennes et André, un brésilien.

On discute jusqu’à la fin et Sid propose d’aller boire un café dans la City en passant par Paddingtton. Je pars donc avec André et Sid. On parle de notre vie, des habitudes australiennes. Il offre à André et moi un snickers (que je n’ai pas encore mangé) et on va dans son café préféré : Gloria Jean. Gentleman, il nous offre aussi le café. Je commande un caramel latte, qui arrive dans un grand verre, comme chez Starbucks. Le temps passe. Pas loin de 21h. On rentre ensemble jusqu’à la station de train. Avec Sid, on s’est échangé nos numéros et on reste en contact. Bilan de la journée à Sydney : cette première sortie avec Meetup est une vraie réussite ! J’ai entendu et parlé anglais toute l’après-midi avec des Australiens et des Brésiliens. Very good ! Reste à savoir si demain je vais enfin bosser (pour ma deuxième journée). Je dois rappeler mon boss à 10h…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *