Charters Towers & Ravenswood : l’outback !

Samedi 4 août 2012

Réveil matinal pour cette journée bien remplie. Avant de partir dans l’outback, nous grimpons (en voiture) sur Castle Hill, un roc planté au coeur de la ville qui offre une vue à 360 ° sur les alentours.

Comme d’habitude, des dizaines d’Australiens sont déjà en train de se promener ou de courir.
Juste le temps de prendre une photo et d’admirer le panorama et nous reprenons la route pour se perdre dans l’arrière-pays.

Par contre, alors que tout allait bien avec la voiture, mauvaise surprise : on a un impact sur le pare-brise avec une fissure. Heureusement qu’on a pris l’assurance tout compris. Impossible de se souvenir si elle était là depuis le début. Du coup, on part en direction de l’aéroport pour trouver une succursale de HERTZ. Sur le parking, il y a seulement un employé qui est là pour nettoyer les voitures. Il ne nous aide pas vraiment. On peut continuer à rouler comme ça si on fait attention. Mais bon après, c’est à nos risques et périls. De toute façon, nous n’avons pas trop le choix. Alors, on y va.

A la sortie de la ville, Charters Towers est à 131 km et c’est toujours tout droit ! Très vite, certaine(s) rattrapent quelques heures de sommeil.

De chaque côté de la route, c’est la plaine. Parfois, on aperçoit un ranch.
Tiens là on dirait le pont de la rivière kwai !

Et puis, nous arrivons en fin de matinée à Charters Towers une ville de près de 9000 habitants qui a connu une brillante époque lors de la découverte d’un fillon d’or. A première vue, la rue principale a des airs de Disneyland, un brin kitsh. Nous filons, c’est le cas de le dire, directement au Miner’s Cottage, un mini-musée sur la vie au XIXè siècle avec tout l’attirail des chercheurs d’or.

Je ne sais plus trop pourquoi (‘on est ric-rac sur le timing), mais je pars devant. Et là, le maître des lieux un bon vivant barbu est en train de jouer de l’accordéon. Il finit par jouer un air de « french cancan » et me voilà en train de danser et sur ce, Magali arrive ne comprenant pas très bien tout ce qui se passe.
Une fois que nous sommes au complet, Tony, le propriétaire des lieux nous accueille et il joue même « Waltzing Mathilda », une chanson typiquement australienne, à l’accordéon.
Il nous fait écrire nos noms sur une petite ardoise à l’ancienne et nous montre les magnifiques pierres trouvées au cours de sa carrière.

Nous commençons ensuite la visite de la petite maison proprement dite entièrement meublée comme à l’époque.

C’est à ce point précis de la visite que nous allons faire connaissance avec un fantôme. Oui un vrai ! Il va apparaître sur l’écran de la télévision. Effectivement, quand notre hôte nous montre un film retraçant l’histoire de la maison, à un moment, nous voyons clairement apparaître une silhouette habillée à la mode de l’époque, il s’agirait d’une ancienne habitante qui était institutrice ou journaliste car nous la voyons écrire. Mystère…

Après cette séance mystique, nous nous retrouvons sur le porche pour une initiation à l’orpaillage ou comment « shaker » (bouger) son corps avec une assiette dans les mains pour trouver des paillettes d’or. Chacune y passe et Tony nous guide.

Bingo, on a trouvé une pépite ! Mais on a pas pu la garder :-(

Pour ceux qui ont envie d’avoir LEUR vraie pépite, Tony vend des sachets de terre qui renfermeraient de l’or…

ça peut être un souvenir original…. Il est temps pour nous de quitter Tony pour continuer notre journée !

Prochaine étape : pique-nique dans un parc au soleil. Puis, nous allons faire un tour dans le centre-ville.

Pause café et dessert avec dégustation d’un dessert typique : le lamington, à base de chocolat et noix de coco. Bon, mais je n’en n’ai pas gardé un souvenir impérissable. C’est un quatre-quart plutôt bourratif !

Ils sont modestes ces Australiens…

Retour dans la voiture et cette fois nous revenons sur nos pas, avant de birfuquer sur la route nous menant à Ravenswood. Ambiance petite maison dans la prairie avec les vaches qui traversent la route.

Ravenswood : officiellement 120 habitants !
Souvenir mythique quand je suis allée demander notre chemin à l’unique poste, épicerie, poste à essence et presse du coin. Ici le temps s’est arrêté !

Pour preuve, nous nous rendons au gold mine lookout. Les petits wagonnets deviennent notre décor de séance photo.

Juste derrière nous, une petite montagne et derrière la carrière.

Nous retournons dans le « centre » pour faire une petite balade au milieu des ruines. Là vivaient plusieurs centaines de familles chinoises lors de la ruée vers l’or.

Il y a même les vestiges d’une ancienne piscine. Des bruits attirent notre attention et nous observons à la volée des kangourous à travers les arbres. Ils nous ont entendues et se sont enfuis. Pour la photo, c’est raté !

C’est la fin de l’après-midi, nous prenons le chemin du retour. Elise et Magali s’endorment à l’arrière et avec Claire nous admirons le coucher de soleil. Mais il est quasi impossible de prendre une photo vu que le paysage est totalement plat ! Nous arrivons de nuit à Townsville et là, c’est la vraie galère pour retrouver le chemin. Sur la voie rapide, la sortie est mal indiquée, je me retrouve sur une bretelle d’entrée qui se termine. On frôle la catastrophe ! On finit enfin par arriver tant bien que mal.

Après une bonne douche, nous décidons de sortir manger au restaurant pour notre dernière soirée à Townsville. Nous voilà donc dans le chic « Bewery » où chacune se fait plaisir avec un cocktail et un bon plat ! Il faut au moins ça pour se remettre.

De mémoire, j’ai pris du saumon, mais je crois que Mag a oublié de prendre la photo. Le resto est quasiment plein, il y a même un enterrement de vie de jeune fille. Visiblement, c’est l’adresse branchée de Townsville. Pas de grosse fiesta ce soir pour nous, on n’a qu’une envie : rentrer se coucher ! Demain matin, nous quittons Townsville pour Airlie Beach et la très attendue croisière sur les Whitsundays Islands…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *