Camagüey, la ville arty de Cuba

Tout n’a pas franchement bien commencé à notre arrivée à Camagüey. Il est 23h40 quand le bus viazul nous dépose à la gare. Nous sommes les seuls à descendre. A peine récupère-t-on nos sacs que le chauffeur de taxi de notre casa est là. Il nous dépose à une casa qui n’est pas la bonne. Nous avions réservé à la casa Aleida et là, nous nous retrouvons à la casa Manolo, alors que nous avions bien confirmé notre réservation. Alors, j’avais lu effectivement des commentaires sur les casas à Cuba, comme quoi parfois, cela arrivait et le propriétaire de la casa renvoyait vers une autre. Hé bien voilà, ça nous arrive aussi. Il est quasi minuit, une femme endormie nous ouvre et nous fait visiter 2 chambres. Je choisis celle qui est la plus éloignée de la rue. Petite et étouffante (la chambre).  Difficile de négocier ou de trouver une autre hébergement à cette heure là.

Ce dimanche matin, nous nous réveillons péniblement autour de 8h. Nous prenons notre petit-déjeuner, classique, dans un lieu sans âme et sans véritable échange. Je demande une explication sur ce changement, j’ai la propriétaire de la casa Aleida au bout du fil et je lui explique mon mécontentement. Elle me dit que sa cliente précédente se sentait pas bien et a demandé à rester. Tant pis pour nous…
Nous commençons par suivre les églises mentionnées dans le Lonely Planet, pas forcément accessibles, car nous sommes le Dimanche de Pâques.

Nous prenons la rue des cinémas, calle de los cines, toute la rue est dédiée au 7ème art. Amusant.

 

camagüey

 

Puis plaza de los trabajadores.

camagüey

camagüey

camagüey
Nous nous baladons au hasard des ruelles et des maisons colorées, souvent délabrées. Le charme de Cuba…

camagüey

camagüey

camagüey

 

Pause pour se désaltérer au Café Cuidad avec son agréable patio.

Nous allons jusqu’à la jolie plaza San Juan Dios (où j’achète une voiture en argile, et je n’en trouverais pas ailleurs ! ). Avec son église, le lieu est très photogénique.

camagüey

camagüey

camagüey

Nous découvrons aussi les œuvres de l’artiste locale Martha Jimenez, et notamment ses statues, les commères, qui portent bien leurs noms…

camagüey

camagüey

Puis, nous allons jusqu’aux portes de la ville.

camagüey

camagüey

 

Balade et pause dans un parc  de Camagüey avant de revenir déjeuner sur cette place typique. Nous déjeunons au restaurant Los Tres Reyes, avec, pour moi, du poulet grillé, la spécialité de la maison.  Agréable patio, cuisine simple et copieuse.

camagüey

Nous prendrons une glace à un café en plein air. Une coupe de chocolat, à la place de la vanille. pas grave et deux boissons (3 CUC). Visite de église coloniale Nuestra Senora de la Merced et de son jardin.

camagüey

camagüey

 

Au détour d’une rue, on tombe sur des créations murales étonnantes. Des visages apparaissent avec le jeu de briques. Street art cubain ! Belle découverte…

 

camagüey

camagüey

Sur notre guide, le parc des rêves est indiqué. Nous négocions un bici, qui nous y emmène. C’est un papy qui pédale et j’avoue que j’ai eu après coup un peu de scrupules à négocier avec un papy, d’autant que ce n’était pas à côté (30 min de trajet). On espère qu’on va pas se faire détrousser au détour d »un chemin. A l’entrée du parc, on paye en CUC, alors qu’en réalité le prix était de 1 peso cubain (car fréquenté par des cubains). On se fait avoir ! Il s’agit d’un petit parc d’activités avec un plan d’eau, une carcasse d’avion réaménagée en cafétéria. Rien de transcendant. On prend un verre, puis on rentre avec le même bici.
On donne 6 CUC au chauffeur, qui rentre sûrement chez lui, épuisé !
Nous repassons par la plaza de los trabajadores. A l’église nuestra senora de la Merced a lieu la fête de Pâques. Christ ressuscité et on peut dire qu’il y a de l’animation, ça chante, ça danse, il y a pas mal de jeunes, la place est remplie !

camagüey

On rentre à la casa après cette journée épuisante (et chaude). Nous prenons une bonne douche, puis nous sortons dîner sur le pouce à une cafeteria à proximité. Un mojito pour moi, deux bières pour Mister L avec assiette de charcuterie et fromage. Il n’en faut pas plus pour nous achever ! Réveil dans quelques heures pour partir à Trinidad.

Bilan de Camagüey : elle ne nous aura pas laissé un souvenir impérissable, mis à part le street art ! Un arrêt pas forcément indispensable si on a un timing serré à Cuba. Casa Manolo et Aleida, à éviter…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *