Cienfuegos, la plus française des villes cubaines

Départ de Trinidad à 6h45 par le Viazul pour Cienfuegos (6 CUC/pers). Nous arrivons vers 9h dans la ville de Cienfuegos, au terminal de la gare routière. Nous avons retrouvé Oksana, la jeune femme ukrainienne et nous lui proposons de venir avec nous dans la casa que nous avons réservé. On voit des taxis et on commence à se renseigner sur le prix pour aller jusqu’à Vinales, notre prochaine destination. Pas donné. En bus, il faut passer par la Havane et c’est 40 CUC/pers. Mais pour l’heure, il faut trouver l’adresse exacte de notre casa « Autentica perla », calle 45. Un local nous explique et on finit par trouver. Il est encore tôt, on nous ouvre et on garde nos bagages. On va voir notre chambre et on propose de la partager avec la jeune fille. La chambre est spacieuse, un lit double et un lit simple, salle de bains. Pour une nuit, ça ira très bien.
Il y a aussi une terrasse. Le lieu est plutôt charmant et tenu par des locaux. Nous partons dans le centre-ville de Cienfuegos.

cienfuegos

Certains bâtiments sont en phase de réfection, au niveau peinture avec des échafaudages de fortune.

cienfuegos
Un bâtiment et sa couple est d’inspiration française, comme les Galeries Lafayette.

cienfuegos

Cienfuegos, appelée aussi Perle du Sud, est la plus française des villes cubaines : et pour cause, elle a été fondée par un Français : Louis de Clouet. La place centrale Parque José Marti (célèbre personnage cubain) a beaucoup de charme avec l’hôtel de ville. Et toujours de magnifiques voitures…
cienfuegos

cienfuegos

Il y a aussi le théâtre où nous prenons une boisson sur la terrasse attenante et l’église.

eglise de cienfuegos

eglise de cienfuegos

Autour de la place centrale, de belles arcades et il y a aussi un bâtiment à ne pas manquer : la casa de la cultura Benjamin Duarte est en travaux avec de belles hauteurs sous plafond, quelques jolis meubles anciens.

 

casa cultura duarte cienfuegos

casa cultura duarte cienfuegos

Le plus beau est la vue plongeante depuis la terrasse, surtout si l’ on grimpe au point le plus haut, dans la « vigie » en empruntant les escaliers en colimaçon. Vue imprenable sur la place principale.


cienfuegos

 

cienfuegos
Puis, nous poursuivons notre exploration de la ville, à travers des ruelles. Et toujours de belles voitures !

cienfuegos

cienfuegos
On découvre notamment un marché local couvert et je ne résiste pas au plaisir d’y entrer : il y a de tout : légumes, fruits, épices, viande, poisson et même un barbier ! Un vrai lieu de vie…

cienfuegos

cienfuegos

Comme souvent à Cuba, à côté de magnifiques bâtiments, d’autres décrépits.

 

cienfuegos

cienfuegos

Et souvent, plein de petites boutiques. Nous tombons sur un boui boui qui propose du jus de canne à sucre. Les verres doivent sûrement pas être lavés entre chaque client… qu’importe ! On se désaltère avec un bon jus pour recharger les batteries.
Prochaine étape : destination la pointe de Cienfuegos « Punta Gorda », quartier huppé avec une magnifique baie, à environ 5 km du centre-ville. On va marcher. En chemin, nous nous arrêtons à côté du « Palacio Azul », connu pour son architecture.

palacio azul cienfuegos

A côté, on pénètre dans un bel hôtel (2 CUC pour y accéder), histoire de découvrir une adresse « chic ». Comme souvent à Cuba dans les hôtels, le service n’est pas à la hauteur de nos standards (musique forte). Donc déçu, sandwich quelconque. Nous profitons juste de l’ombre, car ça tape !

Nous repartons vers cette fameuse pointe et il est vrai que de ce côté les maisons sont plus cossues. Une villa attire notre attention : elle mélange tous les styles : arabe, roman, château fort. Apparemment, ça serait un hôtel.

 

cienfuegos

 

 

cienfuegos

cienfuegos


cienfuegos

Pendant cette balade, j’ai aussi eu un sueur froide en voyant un serpent (vivant) dans le caniveau.
Nous finissons par atteindre le bout de la pointe avec un parc « centro recreativo La Punta« , ouvert et accessible au public, tout à fait charmant, au bord de l’eau. On s’y arrête. Laurent se baigne, l’eau est tentante par cette chaleur. Je me contente de l’option trempette des pieds.

Puis, nous nous abritons sous le kiosque, très agréable avec sa brise. A l’heure du goûter, on se laisse tenter par deux glaces. Il y a un petit bar, et le barman a l’air de maîtriser le mojito. On serait bien tenté mais il est un peu trop tôt pour boire un mojito !
Nous voilà repartis dans l’autre sens pour regagner notre casa et se poser un peu après cette longue balade sous la chaleur.
A la casa, nous prenons l’option de réserver un taxi via la casa qui nous mènera directement à Viñales sans s’arrêter par la Havane.
Le soir, après avoir flâné dans le jardin, nous partons dîner dans le restaurant Dona Nora apparemment assez connu, sous des arcades du Paseao del Prado, mais tout se passe à l’étage. On entre comme chez quelqu’un dans une maison coloniale.
Nous avons une table par chance. Et comme souvent, le menu n’est pas toujours d’actualité. On commande : une limonade naturelle, une bière. Mister L prend un poisson grillé avec du fromage et pour moi, filet de porc gratiné. c’est une petite salle, on se serre. Plats bons mais petite portion pour Monsieur ! Je fais renvoyer mon plat, car il manque le fromage. En dessert, flan pour moi et mousse au chocolat pour lui.

 

diner dona nora
Dehors,  c’est un véritable déluge ! Heureusement, on pas près de la fenêtre. Espérons que ça va se calmer. Après une bière et un cappuccino, la météo nous laisse un moment de répit pour regagner notre casa et s’effondrer dans notre lit.

Le lendemain matin, petit-déjeuner à 7h30 : lait, café, thé (très bof), jus de goyave, fruit, pain, beurre, sandwich, omelette, cake et fruits mixés. Le service est un peu long et on doit manger vite car notre taxi pour Viñales nous attend.

Bilan de notre visite à Cienfuegos : une ville authentique, belle, peu touristique, agréable avec sa baie qui mérite 1 journée de visite. On regrette de ne pas avoir goûté les mojitos du parc à Punta Gorda.
Casa Autentica Perla : adresse correcte, jolie, mais ne pas se fier à la réservation de taxi. On avait demandé un taxi direct jusqu’à Viñales (et ce n’a pas été le cas, d’autant qu’on a payé 100 CUC le trajet pour nous 2).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *