Job de serveuse : première journée au Cosmopolitan Café

Janvier 2012
La nuit a encore été agitée. J’ai eu soudainement une bouffée de chaleur, sans raison apparente. Les ouvriers, travaillant dans la rue au dessus de la terrasse, m’ont réveillée aux alentours de 7h, avant de me pousser à sortir du lit vers 9h.
A 11h, j’ai enfin démarré ma première journée de boulot en tant que serveuse au Cosmopolitan Café de Bondi Junction. Le nom n’a rien à voir (mais rien du tout) avec « Sex & the city », c’est même carrément l’opposé. Ce bar/restau familial est le QG du 3ème âge ou de personnes qui ont l’air d’avoir une case en moins. La plupart sont des clients réguliers et s’installent à l’intérieur. Munie d’un calepin, à l’ancienne avec double feuille pour l’impression carbone, et d’un tablier, j’ai passé 5 heures à passer commande, à servir, à débarrasser et à nettoyer des tables pour 13 dollars de l’heure. ça fait rêver… et ce n’est que le début !
En guise de bizutage, Magda, une des serveuse, m’a assurée que cette table était la mienne, quand 6 mamys sont venues s’installer au fond du restaurant. Je hais les mamies ! Non seulement, il faut arriver à les comprendre, mais certaines ne vous facilitent pas la tâche. Ce sont des habituées, alors il faut te démerder, même si tu es nouvelle ! Nan, la plus ancienne, est venue à mon secours et a corrigé la commande. J’ai dû recopier tout ça au propre. Ensuite, elle s’est chargée de les servir. Merci Magda !
C’est à ce moment-là que l’une des managers, Cathy, m’a accordée 10 minutes de pause (il est environ 14h). Seules les boissons chaudes sont gratuites. Pour le reste, c’ est décompté de la paye. 14H10, je demande si je peux prendre ma pause déjeuner. J’ai 30 minutes (qui ne sont pas payées) et là aussi, si je veux manger quelque chose dans le restau, c’est moitié prix, mais décompté du salaire. Alors que les 30 minutes ne sont pas écoulées, on me dit que ma pause est finie depuis longtemps…
Vetrs 16h, Aurianne, une serveuse Française qui est là depuis 3 mois, m’annonce que l’on doit faire chacune une tâche, selon son ordre d’arrivée dans la journée. Je suis la troisième et donc je suis de corvée… des toilettes. Génial ! Il faut nettoyer les 2 cuvettes des toilettes pour dames, vider les poubelles et balayer le sol.
Pour cette première journée de boulot, je dois dire que je suis servie. Sans compter qu’il faut aussi composer avec le patron et la manager, qui ne sont pas toujours d’une grande amabilité. On m’a demandée pourquoi je ne savais pas reconnaître un cappuccino, alors que j’ai travaillé dans la restauration. On met toujours du chocolat sur le cappuccino ! En France, je ne suis pas sûre que ça soit toujours le cas.
17h30, Cathy me dit que je peux partir. Avant, je remplis mes horaires dans le carnet rouge. Demain, a priori, je ne travaille pas, mais sûrement samedi et dimanche, les journées les plus chargées. On me rappelle ou je rappelle demain. Le planning c’est au jour le jour, selon l’humeur du patron.
C’est sûr, je n’aurais jamais imaginer me retrouver serveuse dans un resto à servir des mamies chieuses et à récurer les chiottes. Je voulais du changement ? Là, je suis servie avec ce virage à 360 °. Et clou de la journée : 50 cents de pourboire. Je sais pas si je dois pleurer tout de suite :-)
Avant de rentrer chez moi, je passe faire quelques courses et je me mets en quête d’un deuxième pantalon ou robe noire. Je vais pas pouvoir tenir bien longtemps avec un seule jean qui déteint sur la peau. En allant à la plage, j’ai découvert que le super jean à 10 dollars acheté chez les chinoises laissait une espèce de couleur bizarre sur la peau, comme si on me battait ! Je suis obligée de frotter avec du savon pour faire partir tout ça.
Je bosse pas demain. Tant mieux ! Je savoure le bonheur d’être dans un lit et surtout je vais pouvoir faire la grasse mat’ après cette première journée de bizutage professionnel.
Welcome dans le grand bain australien 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *